Faire son e liquide

Comment fabriquer son e-liquide à la maison ?

(Mis à jour le: 24 janvier 2020)

10 ml d’e-liquide coûte environ 6 euros alors qu’un flacon nous suffit à peine pour une ou deux semaines tout au plus. Certes, cela coûte moins cher que les cigarettes traditionnelles, mais il est quand même possible de payer encore moins. Comment ? En fabriquant soi-même son e-liquide. Non seulement cela permet d’économiser des sous, mais c’est aussi un jeu d’enfant. Voici comment il faut s’y prendre …

Les avantages de l’e-liquide fait-maison

Comment fabriquer son e liquide

Les composants principaux des liquides pour cigarette électronique

On n’a pas besoin d’un diplôme de laborantin ou d’aromaticien pour préparer soi-même son e-liquide. Il suffit d’avoir les ingrédients nécessaires et de faire un peu de calcul. Mais pourquoi devrait-on préparer nos liquides nous-mêmes ? Ce n’est évidemment pas une obligation, mais plutôt un choix. En choisissant cette voie, vous vous donnez la chance de :

  • vapoter à petit prix: contrairement à un e-liquide prêt à être vapoté, les 10 ml d’e-liquide fait-maison vous revient à environ 2 euros soit une différence de 4 euros. Et plus votre réserve sera important, plus les économies le seront également. Il faut souligner qu’il est possible de préparer un e-liquide de 1000 ml (soit 1 l) pour avoir un bon stock de plusieurs semaines. Il faudra seulement bien calculer les quantités.
  • personnaliser la saveur de votre e-liquide: vous avez un penchant pour les e-liquides à la menthe, mais tous ceux que vous avez essayé vous paraissent tantôt trop fade tantôt trop mentholé ? Le DIY vous donne l’opportunité de trouver la bonne saveur puisqu’il vous incombera de trouver le bon dosage. Bien sûr, il vous faudra faire quelques essais avant de trouver la formule idéale, mais cela en vaut la peine. Et quitte à fabriquer son e liquide soi-même, n’hésitez pas à faire des cocktails ou à tester d’autres parfums méconnus.

Les composants principaux des liquides pour cigarette électronique

Avant de faire n’importe quoi, demandez-vous d’abord comment faire du e liquide de cigarette électronique. La réponse est simple : il faut mélanger les différents ingrédients dont ces liquides se composent.

Mais de quels ingrédients parle-t-on ? Tous les e-liquides adoptent la même formule de base. Celle-ci comprend trois ingrédients indispensables à savoir :

  • le propylène glycol ou glycérol connu sous le sigle PG ;
  • la glycérine végétale ou VG ;
  • l’arôme.

A ces ingrédients, on rajoute parfois de la nicotine et de l’alcool. Bien que la nicotine semble omniprésente dans les formules courantes, c’est un élément facultatif. Il est donc possible de s’en passer.

Mieux connaître les bases

Le PG et la VG forment ce qu’on appelle base. Le premier est responsable du hit tant recherché par les vapoteurs tandis que la seconde augmente la quantité de vapeur produite ainsi que son goût légèrement sucré. Leur ensemble donne une vapeur à la fois parfumée, aérienne et avec le fameux hit.

En général, leur teneur est équilibrée dans un flacon d’e-liquide. On trouvera alors mentionné sur le flacon 50-50. Il est toutefois possible d’avoir un déséquilibre en fonction des besoins. Alors que certains recherchent un hit puissant et intense, d’autres préfèrent une vapeur aérienne et plus légère. Les premiers opteront alors pour un e-liquide avec une forte teneur en PG tandis que les seconds choisiront un liquide à taux élevé de VG, voire même à 100 % VG.

Ces deux substances sont non toxiques pour l’organisme. D’ailleurs, elles sont déjà utilisées en tant qu’additif alimentaire dans de nombreux produits de la consommation courante. Ils procurent chacun quelques avantages et quelques inconvénients à la cigarette électronique.

Le PG favorise le hit et limite l’encrassement des résistances. La VG, quant à elle, produit une grande quantité de vapeur, mais a tendance à encrasser la résistance plus vite. Au vu de ces points forts et points faibles, les deux produits se complètent pour améliorer le fonctionnement de l’e-cigarette.

Maintenant que vous savez comment faire son DIY, il ne vous reste plus qu’à acheter la base dont vous avez besoin. Si vous ne souhaitez pas inhaler de la nicotine, choisissez bien une base qui en est dépourvue. De toute façon, même si vous souhaitez avoir une dose de nicotine, mieux vaut opter pour une base sans nicotine étant donné que les boosters vont, par la suite, en apporter.

Fabriquer son e-liquide à la maison

Les étapes pour fabriquer son e-liquide.

Les arômes à utiliser

Pour fabriquer un e-liquide, il faut choisir un arôme ou plusieurs arômes si vous êtes adeptes de cocktail. Dans les rayons des parfums pour e-liquide fait-maison, les arômes sont vendus sous forme liquide. En réalité, l’arôme est dilué dans du propylène glycol pour mieux en relever le goût. Cela signifie que même si vous optez pour un liquide 100 % VG, la vapeur se composera toujours de PG issu du parfum utilisé.

Durant la préparation, il faudra seulement verser 5 à 20 % d’arômes à la base choisie. Il faut comprendre que dans un flacon d’e-liquide, la base occupe environ 80 % tandis que le reste est départagé entre les arômes et la nicotine. Si vous préparez un liquide non nicotiné, vous pouvez monter jusqu’à 20 % sans toutefois dépasser ce seuil. Vous risquerez d’avoir un goût trop prononcé qui sera, au final, écœurant. En-deçà de 5 %, le gout sera trop subtil que vous ne sentirez rien. Son taux est alors à calculer en fonction des autres ingrédients que vous allez encore utiliser.

Les boosters, indispensable pour apporter la nicotine

Pour ceux qui veulent vapoter des liquides nicotinés, il faudra ajouter à la base et aux arômes des boosters. Il s’agit d’e-liquide concentré en nicotine. Ces derniers sont seulement vendus en flacon de 10 ml, mais ils contiennent la dose maximale autorisée en nicotine à savoir 20 mg/ml.

On peut les qualifier de base très nicotinée dans la mesure où les boosters, eux-aussi, ont leur propre taux en PG/VG. Pour maintenir un bon équilibre au niveau des bases, il faut choisir le même PG/VG pour la base sans nicotine et pour le booster. Autrement, il y aura un déséquilibre non dangereux, mais qui va modifier l’expérience de la vape.

Les boosters ont pour rôle d’apporter de la nicotine aux e-liquides DIY. Il est conseillé de bien calculer le nombre de boosters à utiliser pour éviter le surdosage. Les sites spécialisés proposent souvent des calculateurs pour déterminer la bonne dose à incorporer. Rappelons qu’un surdosage de nicotine expose à un risque de dépendance. Il peut également entraîner quelques effets secondaires comme des maux de tête, des vertiges, des étourdissements, des nausées … Ces derniers sont non dangereux, mais gênants.

Les additifs : une nécessité ?

Parfois, il faut utiliser des additifs pour mieux relever le goût des e-liquides. Leur utilisation est tout à fait optionnel donc à vous de voir en fonction du rendu voulu. Certains additifs apportent, par exemple, une touche de fraîcheur mentholée, une note grillée, une acidité plus prononcée … Attention, si vous choisissez d’en utiliser, respectez bien la dose minimale pour ne pas détériorer toute votre réserve. Ils doivent être manipulés avec un grand soin puisque quelques gouttes suffisent pour qu’ils fassent effet.

En résumé, un e-liquide DIY se compose d’une base, d’arômes, de boosters et d’additifs. Il est possible de préparer une quantité importante de liquide pour en faire des réserves. Pour cela, optez pour une base de 1000 ml tout en prenant soin de bien calculer les autres ingrédients. Pour commencer, vous pouvez utiliser un pack DIY le temps de gagner en expérience et de trouver vos marques.

Étiquettes: