danger cig

Attention, cigarette électronique en danger !

L’euro-baromètre présenté il y a quelques semaines par la Commission européenne nous apprenait que l’image de la e-cigarette dans l’opinion publique s’était profondément dégradé. En 2015, 52% des européens sont convaincus de la toxicité de la e-cigarette. En 2013, ils étaient seulement 27% !

cigarette électronique en danger

Pourtant, aucune étude scientifique sérieuse et crédible ne fait la démonstration de la dangerosité de la cigarette électronique. Et la communauté scientifique française ne cesse de réaffirmer que la consommation de ce substitut nicotinique est bien plus souhaitable que la consommation de cigarettes traditionnelles.

 

cigarette électronique 14% des fumeurs européens ont arrêté le tabac grâce à la e-cigarette

L’euro-baromètre de 2015 nous apporte une seconde donnée qui vient contraster la mauvaise image de la cigarette électronique. La e-cigarette semble éveiller beaucoup plus de réticence qu’auparavant, mais aussi curieux que cela puisse paraître, elle réunirait toujours plus d’utilisateurs. D’après les chiffres de l’euro-baromètre, 6 millions des fumeurs européens (14%) aurait cessé leur tabagisme grâce à la cigarette électronique. Et nous pouvons accorder toute notre confiance à ces données quand on sait l’amour que porte la Commission européenne pour la cigarette électronique ! 6 millions de fumeurs, c’est l’équivalent de la moitié des fumeurs français et cela correspond au nombre de décès des suites du tabagisme dans le monde chaque année… Nous allons voir que contre toute attente, l’économie de la cigarette électronique se maintient et c’est sans doute ce qui explique la venue de nouveaux fabricants sur le marché, notamment dans le domaine récent du DIY e-liquide.

Achat de cigarette électronique en baisse ?

cigarette électronique

Sur fond de fermetures de boutiques spécialisés, des médias du web nous expliquaient que la cigarette électronique connaissait une véritable débâcle. En réalité, depuis quelques mois, le chiffres d’affaires s’est maintenu, ainsi que le nombre de vapoteurs (4 millions). Le secteur a connu un très fort développement sans interruption depuis 2009 mais personne ne présumait que cette progression pourrait perdurer indéfiniment. Le nombre de boutiques spécialisés est passé de 11 en 2010 à 2500 en 2014 : rares sont ceux qui pensaient que ces commerces pourraient continuer de se multiplier sans aucune régulation. L’économie de la cigarette électronique est donc arrivé à son stade de maturation. Il y eut des fermetures de commerces regrettables mais bien naturelles compte tenu du nombre total de boutiques en France. D’ailleurs, ces dépôts de bilans ne démontrent pas forcément un déclin du secteur. Au contraire, ils mettent en évidence un transfert passif des achats en magasins vers des commandes sur des boutiques en ligne. Le vapoteur débutant est aujourd’hui un utilisateur initié qui peut s’affranchir des conseils d’un vendeur et faire son choix sur le net.

La cigarette électronique est un danger ?

 danger cig

Inutile de dire que les polémiques copieusement relayées et les campagnes de désinformation ont leur part dans la dégradation de l’image de la cigarette électronique. Les médias ont mis en avant une multitude d’études scientifiques venus d’outre-atlantique où il fait bon vivre pour les laboratoires pharmaceutiques et l’industrie du tabac. Toutes ces thèses ont été réfutées maintes fois par des spécialistes et notamment des pneumologues, des tabacologues et des médecins généralistes, et tout particulièrement sur le plan des méthodes d’expérimentation et d’observation scientifique. Mais nous ne reviendrons pas dans le détail sur ces contre-argumentations que vous trouverez facilement sur le net, quoiqu’elles bénéficient d’une plus faible couverture médiatique.

Un autre événement a sans doute participé au dénigrement dont la e-cigarette fait aujourd’hui l’objet : cette explosion de cigarette électronique dans la main d’un jeune homme en mai 2015. D’après l’enquête de la gendarmerie, cette personne a placé dans son appareil un matériel incompatible ; plus précisément, des accus avec un ampérage beaucoup trop élevé ce qui a provoqué l’incident. Voilà pourquoi la gendarmerie n’a pas accepté la plainte du jeune homme. Comme souvent, l’événement a été très bien relayé par les médias mais l’épilogue de l’histoire, beaucoup moins vendeur, a été totalement oublié !