Certains e-liquides sont toxiques

La cigarette électronique fustigée par une organisation sanitaire

No votes yet.
Please wait...
(Mis à jour le: 16 avril 2014)

La cigarette électronique, véritable phénomène dans la lutte contre le tabac, ne fait apparemment pas l’unanimité. Si les associations diverses de prévention du tabagisme félicitent cette nouvelle méthode de lutte, qui n’est pourtant pas encore officialisée dans ce rôle, une autre association sanitaire la pointe du doigt. Il s’agit de l’Union ou Organisation Internationale de lutte contre la tuberculose et les maladies respiratoires.

Dans un communiqué publié dimanche dernier lors de la 44e conférence internationale sur la santé respiratoire qui a eu lieu à Paris, l’Union a fait savoir sa position contre la cigarette électronique et appelle les autorités compétentes à revoir dans les plus brefs délais les régulations de ce produit. Les effets négatifs de l’e-cig cités par l’organisation sont nombreux, notamment l’impact néfaste de la nicotine sur le développement cervical des adolescents et une dépendance accrue à la nicotine pour les adolescents qui n’avaient pas ce problème auparavant.

Dans une demande stricte et ferme, l’Union requiert la régulation de la cigarette électronique de sa fabrication à la vente, en passant par les différentes stratégies marketing. Par ailleurs, elle demande à ce que le produit soit classé au rang de médicament. Le parlement de Starsbourg a déjà refusé cette dernière requête en octobre, au grand bonheur de l’OFT (Office français de la prévention du tabagisme) qui félicite cette décision de maintenir l’accessibilité étendue du produit dans le cadre de la lutte anti-tabac. Néanmoins, l’Union ne lâche pas l’affaire et réclame que l’e-cig soit interdite aux mineurs, que ce soit à la vente ou à la consommation, ainsi que dans les endroits publics.

L’apparition encore récente de la cigarette électronique, il y a à peine cinq ans, ne permet pas de mesurer ses impacts sanitaires sur du moyen et long terme, selon les organismes sanitaires d’autorité qui ne peuvent pour le moment se positionner sur la portée sanitaire du produit. L’organisation Mondiale de la Santé a par ailleurs décrété qu’aucune preuve n’a encore été apportée sur la sécurité de la cigarette électronique. Quoi qu’il en soit, le degré de nocivité de ce produit n’est pas comparable avec celui de la cigarette traditionnelle associée au tabac qui fait des millions de victimes chaque année et c’est un fait sur lequel que s’accordent tous les acteurs de la santé.