Pourquoi et comment arrêter de fumer ?

Étant la première cause de mortalité évitable en tuant environ 66 000 personnes chaque année, le tabac augmente également la pression artérielle, contribue au rétrécissement des artères et réduit l’approvisionnement en oxygène du cœur. Ses dommages ne s’arrêtent pas là, car chez les femmes enceintes, le tabagisme peut être à l’origine du retard de la croissance du fœtus.

Afin de parvenir à cesser de fumer, il faudra faire de gros efforts puisque la nicotine est une substance qui entraîne dans plus de 50 % des cas, une très forte dépendance à la fois physique et psychologie. Durant le premier mois, des symptômes de manque sont principalement de l’irritabilité, de la tristesse ainsi que de l’agitation et des difficultés à se concentrer. Une fois que plus de dix semaines après l’arrêt, sont passées, l’appétit augmentera et l’envie de fumer s’intensifiera.

Tout cela entre dans le cadre théorique, mais, concrètement comment arrêter la cigarette ?

En fait, il n’y a pas de méthode standard pour le sevrage tabagique. Les conseils du médecin, sont très importants et utiles. Il faut demander l’aide des professionnels afin de pouvoir atteindre ce but.

Afin de pouvoir finir avec la cigarette, ces conseils pourront vous aider : tout d’abord, essayez de réduire progressivement le nombre de cigarettes consommées. Essayez de les fumer seulement à moitié. Ensuite, pensez à enrôler un ami qui ne fume pas pour vous encourager dans votre décision. Après, pratiquez une activité sportive. Finalement, évitez de consommer de l’alcool.

Pour soutenir l’arrêt de la cigarette, il y a des médicaments disponibles pour accompagner le sevrage tabagique. Ils existent en deux catégories : les substituts de la nicotine, qui peuvent être achetés dans ordonnance et sont sous formes de comprimé à sucer, comprimé sublingual, gomme à mâcher, timbre ou dispositif pour inhalation ainsi que la bupropion et la varénicline qui demandent l’accord du médecin.

Toutes les formes de substituts de la nicotine ont la même efficacité. Quant au choix du dosage, il se fait en fonction du degré de dépendance initiale à cette substance. De plus, l’assurance maladie accompagne le sevrage tabagique et rembourse aussi ces substituts nicotiniques pour un montant maximum de 50 euros annuellement et par personne.