Des composants inquiétants retrouvées dans les cigarettes de contrefaçon

(Mis à jour le: 30 décembre 2018)
Evaluer cet article

Le commerce de cigarettes de contrefaçon se trouve toujours en expansion aux dépends de l’augmentation des prix des produits légaux. C’est ce qui a été révélé dernièrement suite à la hausse de plus de 20 centimes par paquet de bonne cigarette. Dès lors, on assiste à une circulation importante de produits encore plus nocifs pour la santé des consommateurs, les cigarettes de contrefaçon. Elles se composent de déjections d’animaux, du plastic ou encore des morceaux de tissu.

L’institut responsable des recherches sur la cigarette

Les recherches sur la cigarette sont réalisées par le laboratoire des douanes de Marseille. Denis Olivier en est le responsable et a pour principale tâche de contrôler les produits qui passent par son secteur et essentiellement ceux qui font une cargaison de plus de 100 kg.

C’est à partir de ses investigations qu’il a pu donner les proportions suivantes en ce qui concerne la consommation de tabac en France : 22,6 % des tiges sont vendus en dehors des points de vente spécialisés pour ces produits dont 15,7 % appartiennent essentiellement à des ventes de contrebande c’est-à-dire ne subissant aucune taxe ou à des produits de production mafieuse et donc des contrefaçons. Les chiffres sont d’autant plus importants dans le sud du pays qui rencontre plus de 30 % pour cette proportion de produits nocifs. L’expansion de ce marché noir a fait qu’en 2013, les points de vente légaux ont réduits leur chiffre d’affaire de 7,5 % au profit des réseaux de contrefaçon et de contrebande.

Des produits dix fois plus nocifs

A part le trou économique que le secteur informel produit, il y a surtout l’enjeu sanitaire qu’il provoque. D’après les analyses faites sur les cigarettes contrefaites, on a constaté une grande proportion de métaux lourds, ce qui met le consommateur en plus grand danger encore. Mais le plus impressionnant, c’est que des résidus imprévus y sont aussi présents comme les morceaux de plastic, de tissus ou encore des excréments de souris.

Il faut savoir que ces produits proviennent essentiellement de la Chine et d’autres pays de l’Europe de l’Est, produits dans des endroits inappropriés pour la fabrication de produit de consommation. Ils sont plantés dans des surfaces clandestines et confectionnés de manière artisanale, ce qui fait qu’ils sont confrontés à moins de contrôle aussi bien dans leur qualité que dans leurs paramètres de production.

Aucune règle de sécurité

Ces produits contrefaits ne respectent pas du tout les normes de sécurité qui incombent aux cigarettes notamment sur le « potentiel incendiaire réduit » de la tige que l’Europe a imposé en 2011. La cigarette de contrefaçon, contrairement à la tige en norme, brûle toujours même après l’arrêt de l’aspiration, ce qui est propice aux incendies et autres accidents.

Ce secteur de contrefaçon affiche actuellement une hausse de 1,5 % de sa production et de son écoulement.

Les causes du développement de la contrefaçon

Selon Pascal Montredon, le développement du secteur informel dans la production et la commercialisation de cigarette est surtout dû à la hausse fulgurante du prix du paquet de cigarette légal, et notamment du Malboro, la première marque sur le marché actuellement. Son prix s’élève à 7€, ce qui a fait réduire sa vente de 7,5 % en 2013. La prolifération de la recharge cigarette électronique n’en est qu’une cause secondaire.

Le marché légal reste, par ailleurs, de plus en plus derrière le marché parallèle à cause de ses trois hausses de prix en seulement quinze mois : une première de 40 centimes en 2012, une seconde de 20 centimes en juillet 2013 et une troisième de 20 centimes depuis le début de l’année 2014.

L’avis du tabacologue Xavier Quantin

Dans une interview de Xavier Quantin, un tabacologue, l’existence d’un impact nocif des cigarettes de contrefaçon n’a pas encore été prouvée puisqu’aucune étude épidémiologique n’a encore été réalisée. Toutefois, les consommateurs révèlent que les sensations ne sont pas les mêmes sur les cigarettes normales et sur les tiges contrefaites.

Par ailleurs, toujours selon lui, les réactions des consommateurs sont différentes d’une personne à une autre face à la hausse des prix de la cigarette sur le marché mais on ne peut pas affirmer que la consommation de tabac a, pour autant, diminué. Toutefois, une hausse fulgurante de la consommation de cigarette électronique est à faire remarquer.

Il émet également une remarque sur le non-respect de la loi concernant l’interdiction de fumer dans les lieux publics et constate que le gouvernement devient de plus en plus ouvert à ce genre de délit.

Étiquettes: