E-cigarettes : vers la normalisation en termes de sécurité

(Mis à jour le: 30 décembre 2018)
Evaluer cet article

Devant le succès fulgurant que connaissent les cigarettes électroniques actuellement en métropole et en Europe, AFNOR met en place une commission qui sera chargée de la normalisation de ces produits, en instaurant des critères concernant la qualité et la sécurité. La 1ère réunion dans le cadre de ce projet se tiendra le 16 mai prochain.

Harmonisation dans la production d’e-cigarettes

L’instauration de la commission de normalisation se fait pour la première fois dans l’UE et l’initiative vient de la demande qui émane de l’Institut National de la Consommation, demande à laquelle se joignent tous les acteurs dans le commerce de l’e-cigarette et des liquides qu’elle contient. Par la suite, l’AFNOR a réalisé une démarche d’analyse. A la suite d’une séance d’échanges qui a eu lieu début avril 2014, il a établi que la mise en place d’une commission de normalisation est indispensable et qu’il faut lancer l’ébauche de projets de normes.

Le but des études de normalisation est d’harmoniser les étiquettes de produits et de fournir les informations aux consommateurs. L’objectif est également d’introduire des conditions de sécurité, de fonctions et des modes d’analyse des liquides constituant les e-cigarettes.

Les normes qui sont appliquées volontairement seront à la disposition des producteurs de cigarettes électroniques et des revendeurs à qui incombera la responsabilité de la conformité aux normes. Cette situation permettrait de conforter le savoir-faire des français à l’échelle européenne.

Une base pour choisir les meilleurs produits

Au final, une boîte à outils sera mise à disposition des professionnels pour pouvoir différencier les bons produits par rapport à ceux qui ne remplissent pas les exigences de sécurité. Pour effectuer des tests préalables à la commercialisation des cigarettes électroniques, les laboratoires pourront utiliser ces dispositions harmonisées.

Le 16 mai aura lieu la première séance de travail et chaque intervenant pourra y participer. Le dossier des normes devrait voir le jour à la fin de cette année et sera en fonction de ce qui est convenu entre les participants.