Le tabac et le cancer du sein

Le cancer du sein est aujourd’hui une maladie qui concerne beaucoup de femmes. Dans les pays sous développés ou en voie de développement, elle représente même une des plus grandes causes de mortalité. Nombreux sont les facteurs de risque à développer un cancer de sein :

  • La grossesse si elle apparait tardivement, ou tout simplement si elle est absente dans la vie de la femme
  • L’âge et la ménopause : après la cinquantaine, on court plus de risque d’attraper la maladie
  • L’obésité et le manque d’activité physique
  • L’hérédité
  • Les traitements hormonaux
  • L’alcool : si sa consommation est régulière après la ménopause
  • Le tabac qui a causé plus de 60 000 morts par an en France dont 37 000 atteints du cancer

En effet, les conséquences du tabac sur la santé est un sujet connu de tous, mais beaucoup ignorent encore que le tabac présente un rôle néfaste dans le cancer du sein.

Le tabagisme passif tout aussi nocif

Maintenant, plus de doute sur ce sujet ! La revue de la Société Américaine du Cancer en parle ainsi que les chercheurs de l’Inserm (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale). Les scientifiques déclarent que le risque du cancer ne s’agit pas seulement des fumeurs, leur entourage est aussi concerné. On parle alors, non seulement de tabagisme actif, mais aussi de tabagisme passif.

Selon le Pr David Khayat, on avale de la fumée en fumant. Cette fumée, qui contient des substances toxiques, traverse quelques organes et finalement, elle entre en contact avec le sang. D’où son arrivée dans le sein.

Lors de la combustion du tabac, il produit des substances qui sont semblables aux hormones de la femme. Quand celles-ci entrent en contact avec les cellules du sein, une stimulation identique à celle des oestrogènes est provoquée. Ce sont ces stimulations qui déclenchent finalement un cancer car elles sont inappropriées.

Tabagisme actif et passif : peu d’écart des risques

D’après les études menées par l’Inserm, le risque du cancer du sein est augmenté de 16 % avec la consommation active du tabac et de 10 % avec le tabagisme passif. Ici, les chercheurs ne sont pas en mesure de donner des précisions sur la dose inhalée ou la durée d’exposition passive. Cependant, ils montrent que les cancers se développent d’avantage sur les femmes exposées au tabac.

En outre, le risque de contracter un cancer du sein, dans le futur, augmente si on commence à fumer dès son jeune âge, avant sa première grossesse. Prendre sa première cigarette entre 16 et 26 ans accroit le risque de 22 % environ alors que celle-ci est nulle si on débute après 26 ans.

Toutefois, fumer reste toujours un danger pour notre santé, quelque soit notre âge.