Nocivité accrue de la fumée d’encens par rapport à celle du tabac

Nocivité accrue de la fumée d’encens par rapport à celle du tabac

No votes yet.
Please wait...
(Last Updated On: 31 août 2015)

Une récente étude menée par des scientifiques chinois a démontré que la fumée des bâtonnets d’encens serait très nocive pour la santé. Les composants de ces produits seraient de potentielles causes de cancers, le danger étant même plus important que celui associé à la fumée de cigarettes. Mais il faut faire une certaine distinction dans cette étude.

Le combo est nocif. Allumer une cigarette juste avant de parfumer une pièce dans laquelle on est à l’aide d’un bâtonnet d’encens serait l’un des actes les plus désastreux pour la santé. Les risques sont tels que l’on se demande même s’il ne faudrait pas faire comme sur les paquets de tabac avec les emballages de ces produits. En tout cas, les conclusions de l’étude menée au sein de la South China University of technology par le Dr Rong Zhou vont dans ce sens. A noter que ces résultats ont été publiés dans Environmental Chemistry Letters.

Des tests sur les effets des bâtonnets d’encens sur des souris

Pour parvenir à leurs conclusions, les scientifiques chinois ont réalisé des tests en laboratoires sur des souris. Ils se sont penchés sur les effets que pourraient avoir les bâtonnets d’encens et ont utilisé pour cela du parfum à base de bois de santal et d’Aigle, les deux essences les plus courantes dans le monde. L’étude a porté sur l’analyse d’au moins 64 composants de ces produits, puis s’est suivie d’une comparaison par rapport aux effets du tabac.

Des risques de cancer suite à des mutations génétiques

Sur la base de leurs analyses, les scientifiques ont observé que la fumée des bâtonnets d’encens dispersée en intérieur aurait des conséquences encore plus néfastes sur les cellules des ovaires des souris. Cela serait notamment dû à deux des 64 composants, dont les effets cytotoxique et génotoxique, ce qui pourrait aboutir à un cancer. D’après les explications du Dr Zhoiu Rong dans un communiqué de presse, il devrait de de toute évidence y avoir une importante une prise de conscience en matière de gestion des risques sur la santé, dès lors qu’il s’agit de combustion d’encens dans des pièces intérieures.

La meilleure attitude est d’ouvrir les fenêtres

Les risques liés à l’utilisation de la fumée d’encens ne se dévoilent pas pour la première fois. En premier lieu, une étude a été effectuée sur des échantillons miniatures, mais jusque-là, il n’y a pas encore eu de tests sur les humains. Ce qui est aussi primordial, c’est le fait que ces études aient été menées avec l’appui d’une  entreprise du tabac. Ceci étant, en se penchant davantage sur la question, on ne peut pas dire que l’étude soit en faveur de ce dernier qui, rappelons-le, est toujours aussi néfaste pour la santé dentaire et la santé en général. D’autre part, il ne faut pas oublier que le mode d’inhalation de l’encens est différent de celui de la cigarette. Quoiqu’il en soit, il est désormais prouvé que rien ne vaut mieux que de laisser entrer l’air à travers les fenêtres pour faire disparaître les éventuelles odeurs désagréables.