Pepy préfère les grèves symboliques d’une heure

(Mis à jour le: 30 décembre 2018)

pepyEurope 1 a réalisé l’interview de Guillaume Pepy, le patron du SNCF lors duquel il a évoqué son point de vue sur l’agression qui est survenue mercredi dernier sur un de ses conducteurs en même temps qu’il a parlé de ses projets pour cette nouvelle année.

Que s’est-il passé ?

C’est mercredi dernier que l’agression a eu lieu à la gare de Saint-Lazare. La victime était un conducteur de train qui a interpellé un passager qui fumait. Il lui a demandé d’éteindre sa cigarette quand l’homme l’agresse en réponse à sa demande. Le geste a provoqué plusieurs mouvements de la part des clients pour mener à la grève des employés de la gare. Pepy évoque alors son soutien pour les revendications de ses employés mais, pense quand même qu’une grève d’une heure aurait suffi, une « grève symbolique » selon ses dires. Il ne faudrait pas priver les clients des services de la maison, d’après lui.

La réponse à l’agression

Après l’agression de la gare de Saint-Lazare, Pepy renforce la sécurité au niveau de ses locaux pour prévenir d’autres éventuels mouvements fâcheux de la part de la clientèle. Il tient, par ailleurs à préciser dans son interview que la règlementation sur l’interdiction de fumer vient du Parlement et non de ses cheminots, ce qui pénalise fortement la clientèle s’il ne respecte pas cela. C’est pour cela que d’ici 1er mars, 30 policiers viendront renforcer la sécurité au niveau de ses gares.

Les plans pour 2014

Quoi qu’il en soit, grève ou pas, Pepy prévoit beaucoup de choses pour cette année 2014 et surtout des rénovations au niveau des lignes existantes. Effectivement, les rails seront changés sur plus de 1.000 km de voies notamment sur celles de l’Ile-de-France. La ville de Paris verra aussi l’interruption du trafic pendant cinq à six semaines pour des grands travaux au niveau de ses gares et de ses rails. Plusieurs trains subiront des rénovations tandis que la compagnie promet l’arrivée de 180 nouveaux véhicules d’ici la fin de l’année, un défi impressionnant que le directeur de la firme relève sans hésitation avec l’aide des cheminots et la compréhension de la clientèle pour les désagréments qui ne manqueront pas d’arriver.

La promotion des services

Guillaume Pepy promet aussi une réduction des tarifs des billets notamment des billets à petit prix qui doubleront de nombre cette année pour un prix de 30 euros. Ces billets à petits prix à disposition seront de deux millions en plus que l’année dernière et représenteront un billet sur dix. D’ici 2020, la proportion augmentera à un billet sur trois. Cela aidera la clientèle à voyager à tarif moins cher.

Des perspectives pour l’international

Selon Pepy, la France est un des leaders de la production de systèmes de transport à l’échelle mondiale grâce à ses trois entreprises publiques à savoir la RATP, la Transdev et la SNCF. L’homme illustre ses paroles en confessant que sa compagnie sera à l’origine d’un tramway en Australie ainsi que d’un métro automatique en Inde, ce qui aura aussi l’avantage de générer des emplois dans l’ingénierie et la construction.