E cigarette deux accidents sur des millions de tiges vendues

E-cigarette : deux accidents sur des millions de tiges vendues

No votes yet.
Please wait...
(Last Updated On: 1 juin 2015)

Le 16 mai dernier, un jeune vapoteur de 21 ans a vu sa cigarette exploser dans sa main ce qui a entraîné la section de deux tendons et une sérieuse brûlure de sa main. Une enquête a été menée pour connaître les causes et le contexte de l’accident. Si les autres accusent la batterie au lithium-ion, certains disent que l’explosion est due au fait qu’il s’agissait d’un dispositif bas de gamme et de fabrication chinoise. L’origine suffit-elle toutefois à expliquer l’accident ?

 

Un précédent accident enregistré

L’accident qui a touché le jeune homme de 21 ans n’est pas le premier rencontré en France. En effet, un précédent accident a déjà été enregistré en 2014, mais cette fois-ci, ce fut une femme de 64 ans qui en fut victime. La sexagénaire a été brûlée au 3ème degré au niveau de la hanche et de l’abdomen. L’accident a eu lieu en septembre 2014 alors que la femme regardait tranquillement la télévision chez elle. Sa plus grande erreur a été de mettre sa cigarette électronique dans la poche de son pantalon et de l’y oublier avant de s’asseoir. En effet, en s’asseyant, la cigarette électronique s’est brisée et le liquide de la batterie s’est diffusé ce qui a entraîné ces brûlures.

 

 

Quelques recommandations

Dans ce contexte, il est évident que ce genre d’accident aurait pu arriver à n’importe qui et que la qualité du dispositif n’est pas en cause. De ce fait, pour éviter de vous brûler, veillez à :

  • Ce que votre peau reste éloignée du liquide de la batterie, car une fois libéré et qu’il entre en contact avec l’eau ou l’air, il se transforme en hydroxyde de lithium. C’est un produit très corrosif qui entraîne des brûlures graves
  • Toujours respecter le mode d’emploi prévu pour le dispositif
  • Le tenir éloigné d’un autre objet en métal puisque ce dernier peut endommager la batterie
  • Ne pas le percer ou le briser
  • Le manipuler avec précautions, car avec sa forme allongée et fine, la cigarette électronique est plus fragile
  • Toujours le désactiver avant de le ranger dans votre sac. Pour ce faire, appuyez cinq fois de suite sur le bouton de la batterie

 

Des accidents rares

Dans un rapport publié en février 2015, l’Inpes a déclaré que durant l’année 2014, un peu plus de 12 millions de personnes ont acheté au moins une cigarette électronique en France. Puisque cette année-là, on n’a enregistré que l’accident qui a touché la sexagénaire, on peut affirmer que ce genre d’incident ne survient qu’une fois sur 12 millions. De plus, puisque cet incident n’a été entraîné que par une omission de la femme, on peut dire qu’il aurait pu être évité. De ce fait, malgré l’explosion du 16 mai, on peut dire que la potentialité de la dangerosité d’une cigarette électronique est infime.

Lire le rapport complet ici

Un dispositif d’origine Chinoise

De nombreux journalistes rapportent que l’explosion a été entraînée par la mauvaise qualité du dispositif qui est d’origine chinoise. Peut-on toutefois condamner injustement l’origine du dispositif alors que 95 % des cigarettes électroniques aujourd’hui vendues sur le marché mondial proviennent de la Chine ? Si l’on considère le fait qu’un produit chinois soit toujours bas de gamme, n’aurait-on pas alors plus d’accidents de ce type en France ou dans le monde ? De même, si les produits chinois sont bas de gamme, que serons-nous aujourd’hui puisque presque la totalité des produits que nous utilisons sont issus de ce pays ? Enfin, soulignons que les plus grandes marques d’ecig telles que JoyeTech, Smoktech et KangerTech sont toutes d’origine chinoise.

 

Des normes exigées

Même si aucune norme précise ne concerne aujourd’hui les cigarettes électroniques, elles font partie des produits étrangers commercialisés en France et que de ce fait, elles doivent répondre à certaines normes de fabrication :

  • Bouchon de sécurité enfant
  • Composition e-liquides
  • Label CE
  • Pictogrammes sur les flacons
  • Matières premières, …

Ainsi, tous les dispositifs vendus en France sont régulièrement contrôlés par la législation française et européenne. S’ils proviennent de l’étranger, ils sont contrôlés par la Douane.

 

La batterie en lithium

Elle est la principale cause de cette explosion, mais puisqu’il s’agit d’ecig, l’histoire prend de plus grandes proportions, mais pourquoi au juste ? En effet, l’ecig n’est pas la seule à utiliser une batterie en lithium puisque les téléphones portables, les voitures électriques, les calculatrices, … en sont également équipés. Des accidents y sont également enregistrés surtout du côté des voitures électriques. Alors, pourquoi condamne-t-on plus la cigarette électronique alors que les modèles d’aujourd’hui ont été équipés de dispositifs de protection contre la surcharge, la décharge, le déséquilibre de tension, le court-circuit et l’inversion des polarités qui sont les principales causes d’explosion de ces batteries ?