Certains e-liquides sont toxiques

E-liquides : attention aux parfums dangereux

D’après une récente étude américaine, les vapoteurs doivent se méfier de certains parfums d’e-liquides qui seraient plus dangereux pour les bronches. Quels sont-ils et pourquoi s’en méfier ?

Des parfums pour séduire les vapoteurs

Afin de prendre le dessus sur la concurrence, les fabricants de cigarettes électroniques et d’e-liquides rivalisent d’idées pour trouver les parfums qui séduiront le plus de monde. De cette rivalité sont nées des saveurs fraise, menthe, café, chewin-gum, caramel, …

Les vapoteurs sont ravis d’être au cœur de cette grande attention et de ce large choix, mais désormais, ils devront faire plus attention. Des chercheurs de l’University of Salford au Royaume-Uni ont effectivement mené une étude sur une vingtaine d’e-liquides dont neuf parfums différents et ce qu’ils ont trouvé n’est pas du tout réconfortant.

Les détails de l’étude

Ces chercheurs se sont penchés sur des parfums synthétiques achetés dans des magasins spécialisés et sur internet. Les neufs parfums étudiés sont : vanille, fraise, menthol, cerise, menthe glacée, chewing-gum, caramel, myrtille et tabac.

Pour obtenir des résultats, ces scientifiques ont mis en scène un système de vapotage classique. Les liquides étaient alors chauffés pour dégager de la vapeur. Lorsque celle-ci arrive dans l’organisme, ils ont remarqué qu’une longue exposition détruit les cellules des bronches. Autrement dit, ces liquides, une fois chauffés, deviennent toxiques et endommagent la fonction pulmonaire.

Après une observation plus poussée, ils ont déduits que certains parfums sont plus toxiques que les autres puisqu’au bout de 72 heures d’exposition, les dégâts occasionnés par les arômes caramel, menthol, tabac et chewing-gum sont plus importants.

Les parfums fruités restent donc moins nocifs.

Certains parfums d'e-liquide sont toxiques

Toxique pour les femmes enceintes

Ces mêmes chercheurs ne se sont pas limités sur les cellules pulmonaires, mais ont aussi étudié les effets de ces parfums sur des cellules embryonnaires. Au bout de 72 heures d’exposition, ils ont déduits que tous les parfums avaient le même degré de toxicité sur ces cellules.

Cela signifie que les femmes enceintes devront éviter la cigarette électronique puisqu’elle est nocive pour leurs bébés.

Les auteurs de l’étude ont tenu à préciser que leur étude s’est limitée à une vingtaine d’e-liquides sur la grande variété de formules existantes. De ce fait, les effets peuvent changer d’une formule à l’autre puisque ces liquides n’ont pas tous la même composition.