Voyager en avion avec sa cigarette électronique

Voyager en avion avec sa cigarette électronique

(Mis à jour le: 6 février 2020)

On peut comprendre que vous ne pouvez pas vous séparer de votre cigarette électronique et que vous en avez besoin pour votre séjour à l’étranger. Cependant, ce ne sera pas si simple. Dans certains pays, on ne peut pas vraiment vapoter comme on le veut. Si vous pouvez le faire, il faudra penser le passage aux douanes. Il ne faut pas oublier qu’on parle d’un dispositif électrique et il est sujet aux réglementations drastiques.

Certains pays stricts par rapport à la cigarette électronique

Vacances et vapotage

Quels pays tolèrent ou bannissent la cigarette électronique

Si dans la plupart des pays européens, l’e-cig est un objet du quotidien, ce n’est pas le cas dans certains pays. Elle est soumise à des règles un peu plus strictes. C’est le cas en Australie où la vente de nicotine est interdite. Il sera alors difficile de trouver de l’e-liquide en Australie, même ceux qui ne contiennent pas de nicotine. Cependant, vous pouvez emmener vos e-liquides nicotinés avec vous, mais vous ne pourrez faire traverser que quelques-uns, car c’est pour usage personnel. Notez toutefois que dans le Queensland, les e-liquides avec de la nicotine sont vraiment interdits. Certes, un agent de l’autorité locale ne va pas s’arrêter pour fouiller ce qu’il y a dans votre clearomiseur, mais pensez à respecter leur législation pour ne pas avoir de problèmes.

Si vous partez pour les États-Unis aussi, renseignez-vous bien, car la cigarette électronique n’est pas autorisée dans tous les États. En Afrique du Sud, elle n’est pas non plus vue d’un bon œil. L’Argentine, le Brésil, le Singapour, la Colombie, le Mexique, le Qatar et le Taïwan interdisent la vente et l’importation de ce dispositif électronique. En Nouvelle-Zélande, au Japon, au Canada, en Finlande, el Malaisie et au Danemark, c’est la vente des e-liquides nicotinés qui sont interdits. Vous pourrez donc retrouver des produits non nicotinés. Avant de partir, il faudrait se renseigner, car il se peut que ces pays aient apporté quelques modifications à leur réglementation.

Les batteries et les accus dans l’avion

Pour ce qui est des batteries et des accus, la réglementation est la même dans toutes les compagnies aériennes. Les appareils contenant un ou deux batteries présentent des risques d’incendies. Depuis le 1er avril 2016, on ne peut plus placer les appareils avec des batteries lithium-ion dans les soutes.  Ce qu’on a dans les cigarettes électroniques est des accus de type 18650, ce qui fait qu’ils ne peuvent pas aller en soute.

Cependant, vous pouvez le mettre dans votre bagage à main et le placer en cabine. Renseignez-vous tout de même auprès de la compagnie aérienne par rapport aux batteries et aux accus de rechange. La plupart des compagnies les autorisent à bord de leurs avions. Depuis quelques années, l’e-cig est devenu un sujet de débat, car les accus dont elle est équipée ont une chimie Lithium-manganèse.

Les e-liquides dans l’avion

Les compagnies aériennes vous gâteront de ce point de vue-là. Elles autorisent jusqu’à un litre de liquide à mettre en soute et vous pouvez même prendre du liquide nicotiné. Cependant, leur transport est réglementé. Vous devez mettre l’e-liquide dans un contenant transparent. Pensez également à le mettre dans des sachets hermétiques, car à bord d’un avion, les liquides sont soumis à des pressions plus ou moins fortes, ce qui présente un risque de fuite.

Le liquide dans l’atomiseur est aussi soumis à ce souci de pression. Si vous mettez votre cigarette électronique dans la poche de votre vêtement, vous risquez de le tacher avant même que vous n’arriviez à destination. On vous conseille donc de ne pas remplir les tanks d’e-liquide.

Le vapotage dans l’avion

Le vapotage dans l’avion

Voyager avec sa cigarette électronique : le guide

Même si la cigarette électronique ne produit pas de fumée, vous ne pourrez pas l’utiliser pendant le vol. Vous devez respecter les mêmes règles qu’on impose aux fumeurs classiques. Ce n’est pas uniquement pour des raisons de respect des autres passagers, mais on peut aussi évoquer des causes sécuritaires.

L’e-cig, si elle marche, peut créer des interférences et que la vapeur de l’e-cig peut déclencher le détecteur d’incendie. Prenez tout de même le temps de lire les règles de la compagnie aérienne avec laquelle vous comptez voyager.